Article : Astrologues et devins du Koryŏ (918-1392) : réseaux humains et transmission des savoirs, par Yannick Bruneton

Les Astres et le destin, Astrologie et divination en Asie orientale, Extrême-Orient Extrême-Occident n°35, Presses Universitaires de Vincennes, 2013.

Les Astres et le destin, Astrologie et divination en Asie orientale, Extrême-Orient Extrême-Occident n°35, Presses Universitaires de Vincennes, 2013.

Yannick BRUNETON, « Astrologues et devins du Koryŏ (918-1392) : une analyse de l’histoire officielle », in Les Astres et le destin, Astrologie et divination en Asie orientale,

Extrême-Orient Extrême-Occident n°35, Presses Universitaires de Vincennes, 2013, p. 45-81.

L’analyse de l’histoire officielle du Koryŏ (918-1392), principale source d’informations sur les matières divinatoires, permet de caractériser la culture divinatoire de la Corée médiévale. En s’appuyant d’abord sur la description du cadre institutionnel (formation, recrutement, carrières, bureaux spécialisés) ainsi que sur le recensement des traités de référence, sont mises en évidence l’influence prépondérante des théories et des institutions des Tang et des Song, mais aussi l’existence d’une école autochtone (l’école du moine Tosŏn). Ensuite, l’étude catégorise les acteurs de la divination en fonction de leur lien à l’État (statut administratif et enjeux politiques). Au Koryŏ, la divination était placée au cœur du système politique et ritualiste de la cour, impliquant la participation des moines bouddhistes, et expliquant la prégnance de la géomancie pour la gestion du territoire (capitales et monastères).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *