Alain Delissen : Émergences coréennes

7 janvier 2013
Par

 

Avertissement

Les pages qui suivent n’ont pour ambition ni prétention de constituer un état des lieux objectif, à jour et détaillé des études coréennes en France. Encore moins des « connaissances françaises sur la Corée » — si cette formulation a un sens.

Du côté français comme du côté sud-coréen — souvent à l’occasion des anniversaires diplomatiques ou des commissions mixtes — une histoire des pionniers, des institutions, des personnes actives et des travaux ne manque pas d’être régulièrement établie. Elle fait alors office de bilan[1]. Comme ce domaine s’est très considérablement enrichi et diversifié depuis deux décennies, il a semblé inutile de sacrifier à un exercice réclamant, pour être sérieux, beaucoup de temps et de moyens.

Directeur d’études à l’Ehess, ancien directeur de l’UMR 8173 Chine, Corée, Japon (2008-2011) et directeur de l’Institut d’Études Coréennes du Collège de France, l’auteur de ces lignes est engagé dans le monde coréanologique depuis presque vingt-cinq ans : il peut avoir l’imprudence d’évoquer de façon subjective — quoique informée — cette expérience déjà assez longue.

Ce texte bref relève donc de l’exercice solitaire. Si son objectif et ses destinataires ont été discutés de façon informelle dans le petit milieu coréanologique, il n’a pas été soumis ni a fortiori validé par les nombreux acteurs qui constituent aujourd’hui les études coréennes en France. Il ne s’exprime pas en leur nom.

Émergence, s. f.  1) Sortie hors d’un milieu. 2) Fig. Circonstance pressante.

(« Littré » 1874).

Premier aperçu

À la mesure de l’émergence de la Corée du Sud sur la scène économique, politique et culturelle du monde depuis 30 ans (pour ne rien dire trop vite de la Corée du Nord), la production scientifique coréenne s’est considérablement développée. On désigne ici toutes les connaissances que produit et accumule le monde coréen, y compris sur lui-même.

Il en va de même plus modestement des études coréennes françaises. Depuis deux décennies, elles ont su entamer le « tournant disciplinaire » des études sur l’Asie, entretenir un dialogue plus assidu avec les aires culturelles voisines et concevoir des formes de coopération interinstitutionnelle productives qui les rendent visibles au-delà de l’hexagone.

Essentiellement du fait de ses universités, dans des domaines et des lieux disciplinaires « classiques » (histoire, littérature, langue), la France n’a pas à rougir de ses efforts passés et récents au regard des autres pays européens. Ils portent leurs fruits.

Car, comme en témoigne la spectaculaire croissance des étudiants de premier cycle engagés en études coréennes, la jeunesse française a pris la mesure de l’intérêt (du potentiel) de la péninsule. On doit s’en réjouir.

Cette nouvelle puissance (sud-)coréenne en actes doit désormais s’imposer aux décideurs français plus âgés, publics et privés : non plus comme une hypothèse, mais comme un fait. Il est temps de changer de lunettes et d’ajuster nos dispositifs à la réalité.

Une émergence spectaculaire

Des signaux très positifs

Une fois n’est pas coutume dans l’évocation — souvent découragée — de l’enseignement supérieur et de la recherche français, il est possible d’entamer l’esquisse d’un tableau des études coréennes sur une note générale positive, voire très positive. Elle doit autant à la trajectoire récente d’un petit pays ambitieux sur la scène mondiale qu’aux réponses actives qu’elle a su susciter de la part des institutions françaises de la connaissance.

Surprise (à déchiffrer) et promesse à la fois, le flux massif et toujours croissant des jeunes français intéressés par la Corée en constitue la manifestation récente la plus spectaculaire. S’en tiendrait-on à l’Île de France, à la rentrée 2012, plus de sept cents étudiants étaient inscrits pédagogiquement à l’une ou l’autre des trois années de Licence de l’Inalco et de Paris 7-Paris Diderot !

Parce que les échanges entre les deux « finisterres » eurasiatiques sont désormais plus intenses, fait écho à cette demande de formation avancée un intérêt notable de la société française qui est bien mieux informée sur la Corée qu’il y a 20 ans. On doit donc saluer aussi comme un signe encourageant la couverture médiatique consacrée à la péninsule, particulièrement dans la presse écrite. Dans la foulée d’un Philippe Pons qui a su, longtemps seul, assurer au Monde la pédagogie des choses coréennes, l’information s’est aujourd’hui remarquablement diversifiée et segmentée en niches spécialisées. Y dominent très largement les points de vue sur (et de) la Corée du Sud.

Cinq points saillants : Le Nord (le monde coréen), la tradition savante, Paris, l’Europe, la « famille » CNRS

Par contraste — et ce sera dit une bonne fois pour toutes —, on ne peut que regretter le traitement décevant et caricatural, bête et répétitif (en gros typiquement « orientaliste ») réservé en général à la Corée du Nord. On est parfaitement en droit d’avoir peu de sympathie et de goût pour cet État et ses dirigeants, mais il y a mieux que le psittacisme pour en rendre compte. On ne manque pas avec Pyongyang de beaux défis intellectuels et méthodologiques à relever, de beaux objets curieux à penser…

Plutôt que d’une Corée rabattue inconsciemment sur la Corée du Sud, on parlera ici de « monde coréen », non par prétention à la grandeur, mais par effort de reconnaissance d’une tension entre une unité indéniable vue de l’extérieur (il y a une coréanité qui n’est soluble ni dans la globalisation ni dans la vague « Asie ») et des pluralités internes d’ordres variés (le Sud, le Nord, les diasporas ; les régions, les générations, les classes ; les hommes et les femmes…).

Pour le reste heureusement, le monde savant français peut tirer fierté des efforts qu’il a fournis pour accompagner de son travail la lente émergence mondiale de la Corée à la conscience du monde. Quoique incomparablement moins épaisse que la sinologie (ou la japonologie) francophone, l’histoire longue de la première coréanologie française du Père Féron (1827-1903) à Charles Haguenauer (1896-1976) et de Mgr Dallet (1829-1878) à l’impressionnant Maurice Courant (1865-1935) est désormais bien connue. Il reste à écrire celle de la seconde génération (André Fabre, Li Ogg, Daniel Bouchez, Bertrand Chung, Marc Orange, Alexandre Guillemoz) qui eut pour mission — réussie —d’ancrer la Corée dans le paysage universitaire.

Mis bout à bout, le nombre de supports budgétaires consacrés aujourd’hui à connaître et faire connaître la Corée n’est pas négligeable. Musées et bibliothèques compris (Guimet, Bulac), l’État français finance entre 20 et 25 postes statutaires (à comparer avec + 150 sur le Japon). Ils relèvent des universités (enseignants-chercheurs et ingénieurs d’études ; Inalco, Paris Diderot) ou des grands établissements (EHESS, EFEO, CNRS, Collège de France. Plus inconstamment l’IEP-Paris) et, très largement aussi, d’une localisation à Paris même. La plupart sont logés dans des dispositifs disciplinaires spécifiques soit centrés sur l’enseignement de la langue ; soit cantonnés aux réduits exotiques des « aires culturelles »[2].

Pareille esquisse en grandes tendances ne peut oublier ce qui, en banlieue parisienne ou « en régions » (Lyon, Bordeaux, La Rochelle, Aix en Provence, Le Havre, Belfort…) se confirme ou s’affirme de formations à la Corée, originales de tenter parfois des formules plus « professionnalisantes ». On doit enfin évoquer diverses initiatives « coréennes » qui, de façon non structurée et non permanente, se manifestent aujourd’hui dans de nombreux établissements français.

Chiffres en main et loin des discours « RP » auto-promotionnels qui marquent actuellement la vie académique internationale, cet ensemble dense de ressources, d’actions variées et de travaux accumulés est tout à fait unique en Europe. La coréanologie française — qui a appris à communiquer et écrire en anglais — fait ainsi excellente figure dans un espace européen de recherches et d’échanges, remarquablement intégré et actif, que structure et anime l’AKSE. Parce qu’elle offre une masse critique de chercheurs et des structures efficaces de circulation, l’Association for Korean Studies in Europe est peu à peu devenue une instance majeure de professionnalisation, de validation ; en bref, de légitimation scientifique : et comme telle reconnue pour son expertise par les bâilleurs de fonds publics sud-coréens (Korea Foundation).

Depuis que l’auteur de ces lignes s’est plongé dans le monde coréen (à la veille des Jeux olympiques de Séoul de 1988), la coréanologie française a donc crû de façon remarquable. On notera pour conclure le rôle paradoxal qu’a joué le CNRS dans ce paysage : quoique tout à fait marginal (voire longtemps absent !) en termes de postes de chercheurs, l’organisme national de recherche a su continument y jouer un rôle structurant en rendant possible, grâce à ses UMR multi-tutelles, un dispositif inter-institutionnel précieux ; l’ambiance interpersonnelle d’une petite famille ; l’accès à des ressources spécifiques critiques (crédits de recherche, documentation, accès — coûteux — aux indispensables grandes bases de données scientifiques sud-coréennes).

Cette « petite famille » réclame aujourd’hui d’être repensée en d’autres termes. Avec d’autres dispositifs.

Les difficultés

Crise de l’université, géopolitique du savoir et points faibles de la coréanologie

Il est tentant de se saisir de cette tribune pour entonner un lamento général — au fond justifié — sur la vie académique au 21e siècle ; pour dévider la liste — au fond légitime — des grands besoins à satisfaire : des postes, des locaux, des budgets et du temps ! Il semble vain de trop s’y attarder sinon pour rappeler le caractère mondial du constat/sentiment de crise de « l’université » ; son acuité particulière en SHS.

Il serait plus justifié de s’étendre davantage sur ce qu’ajoute, en France, de difficulté aux difficultés le parti pris d’un pilotage des adaptations « nécessaires » qui apparaît nettement contre-productif : de préférer systématiquement et massivement la recherche programmée au temps libéré, la surproduction quantitative à la qualité créative, la reproduction du même à l’énergie du neuf.

Voire: dans toutes les grandes mutations en cours, il n’est visiblement réservé aucune place à une géopolitique du savoir un tant soit peu à jour sur des enjeux fondamentaux :

– les aires culturelles en SHS et ce qu’elles nous permettent de comprendre en finesse — au prix d’une formation longue — des changements planétaires en cours sont sacrifiées sur l’autel d’un court-termisme utilitariste qui tient les échanges internationaux en « sciences dures » (en anglais international) pour suffisants à la compréhension  du monde.

– indépendamment de la dignité et de l’intérêt égaux de toutes les aires culturelles, la place géopolitique de « la Corée » et son émergence, en puissance et en savoir — en ambitions dévorantes — à la mondialité n’est pas ou mal repérée. Il y a pourtant des mutations dans le monde au-delà du catalogue officiel des « émergents » patentés ; au-delà du sino-centrisme exclusif qu’impose une nouvelle doxa …

– cette émergence n’est pas bien comprise parce qu’elle est aussi insuffisamment analysée par un nombre insuffisant d’experts suffisamment in/formés. Indépendamment de la dignité et de l’intérêt égaux de tous les sujets et de toutes les périodes, il faut avoir le courage d’énoncer clairement des points faibles : les études classiques (et historiques) ne se portent pas si mal (elles pèsent et sont visibles à l’échelle mondiale) quand la connaissance, en France, du monde contemporain coréen a été visiblement abandonnée à d’autres métiers que ceux de la science. Très loin de tout « présentisme » (chiffon rouge dont la pertinence peut valoir pour les États-Unis…) la coréanologie francophone cherche politologues, économistes, sociologues, ethnologues ou médiologues connaissant vraiment — en langue coréenne cela va de soi et en profondeurs historiques cela va aussi de soi — le monde coréen actuel.

Divers effets secondaires néfastes des mutations en cours : effets de cycle, déstructuration des PRES, pilotage général

Il y a peut-être plus grave : la croissance brutale de la demande estudiantine, les réformes institutionnelles en cours (PRES et Idex) et le remplacement du pilotage stratégique national (le courage des choix) par la compétition systématique entre établissements (et entre PRES) semblent avoir la capacité rapide, dans le domaine des études coréennes, non seulement de contrarier une émergence, mais de parvenir à défaire trente années de patients tissages interinstitutionnels.

Aubaine pour une part, les effets de « cycle » sont non moins redoutables. Imprévue et spontanée, la croissance brutale des effectifs estudiantins en licence a d’autres inconvénients que de mettre aujourd’hui à rude épreuve les structures d’accueil : elle accule les établissements asphyxiés à gérer l’urgence en créant trop vite des postes, soudainement nombreux, face à un vivier de candidats insuffisant — insuffisamment large, varié, préparé, compétitif. La constitution de pareil vivier ne peut, par définition, ni être instantanée ni laissée totalement à la bonne fortune. Elle devrait se préparer.

En domaine émergent, peut-on concevoir une politique de formation et de recrutement qui ne soit pas coincée entre la pure reproduction du même et l’anomie hasardeuse générée par l’urgence ?

S’il est difficile d’anticiper aujourd’hui ce qu’il adviendra des PRES et des Initiatives d’excellence à l’horizon 2020, il est palpable d’en constater les premiers effets, à Paris, sur un petit domaine comme celui des études coréennes, naguère intensément coopératif. Longtemps interinstitutionnelles (de façon formalisée ou pas), elles ont commencé d’être mises à mal par la logique quantitative et concurrentielle qu’ont générée évaluation et contractualisation (AERES, UMRisation). La mise en place des PRES et des Initiatives d’excellence a aggravé la tendance. Les études coréennes — et souvent les personnes en charge de les gérer — sont ainsi éclatées (écartelées) aujourd’hui entre trois PRES : Paris-Cité, héSam et PSL. À la clé : pressions des établissements sur les individus, crédits étroitement ciblés, dé-circulation attristante des étudiants (!!!), bras de fer sur les créations de postes et les affectations, enrégimentement dans des projets collectifs artificiels, accroissement de la complexité bureaucratique et, à terme, concurrence franco-française prévisible auprès des bâilleurs de fonds français, européens et coréens…

Les études coréennes émergentes peuvent-elles raisonnablement se permettre une désastreuse mise en concurrence franco-française ?

Soumis, comme tous les autres EPST, à des logiques « supérieures » de mécano gestionnaire, de taille critique, de tempo contractuel trop court ; tiraillé par en bas par les demandes concurrentes des établissements désireux de retenir son attention et d’obtenir son « label », on peut interroger la capacité (son désir n’étant pas en cause) d’un organisme comme le CNRS à assurer la cohérence de l’ensemble tout en tenant compte des domaines « émergents » qu’il a pour mission non de protéger, mais de faire grandir. On peut s’interroger de même sur sa capacité à formuler une stratégie de soutien à la recherche qui ne soit pas soumise aux normes professionnelles des sciences dites « dures », aux sujets imposés par la technocratie scientifique de Bruxelles au nom sacré de la « demande sociale ». On peut enfin s’étonner de sa capacité à coordonner les efforts de la recherche française en SHS — naguère mondialement prestigieuse — pour l’insérer dans un environnement d’échanges globalisés et inégaux.

Dans ce contexte, il revient finalement… à un organisme sud-coréen (l’Academy of Korean Studies) de financer (considérablement) pour cinq ou dix ans, le seul dispositif interinstitutionnel coréanologique (Paris Diderot, Inalco, Ehess), en articulant recherche et formation dans une ambition francophone…

À l’échelle nationale et internationale, l’émergence des études coréennes peut-elle survivre longtemps à une programmation scientifique aussi impérieuse que sans pilotage ad hoc?

S’en déduisent quelques propositions d’actions, formulées brièvement, dans trois domaines très différents : pilotage, diffusion de la connaissance, relations internationales. Chacune est déclinée en deux volets, l’un facile à mettre en place, l’autre plus ambitieux.

Elles peuvent être décisives pour passer d’émergence en consolidation.

Une nécessaire consolidation

1) Pilotage : orientation nationale, passerelles, plan décennal de formation

Parce que la puissance coréenne est ce qu’elle est, parce que les études coréennes constituent un domaine émergent (parmi d’autres) et parce qu’elles sont particulièrement vulnérables à la recomposition (décomposition) en cours qu’induit la naissance des PRES  les études coréennes réclameraient un peu d’attention particulière.

  • A minima : on pourrait attendre d’un pilotage vraiment national de la recherche qu’il institue au sommet du Ministère une structure d’orientation destinée de réfléchir à des « passerelles » trans-PRES visant à contrebalancer, par des actions concrètes (autres que la réunionite), la dérive des continents.
  • Au mieux : pour faire face aux multiples formes de « demande de Corée », on pourrait envisager la mise en place d’un plan décennal de formation échappant aux à-coups et aux effets d’aubaine. Il s’agirait de créer un « horizon de postes » (enseignant ou chercheur), sans aucun autre fléchage que « langue + discipline », soutenu au départ par des bourses (en master) puis des contrats doctoraux. À charge pour les établissements, CNRS ou universités, ayant connaissance de ce vivier, d’ouvrir ensuite les postes « en réserve » — éventuellement reportables un nombre donné d’années — selon leurs procédures usuelles et le schéma national de la LRU.

2) Les aires culturelles, un savoir stratégique ?  Traduction, veille scientifique et diffusion de la connaissance

L’Asie en général nous connaît mieux que nous ne la connaissons. Cette dissymétrie en héritage est plus abrupte encore entre France et Corée. Elle ne sera pas indéfiniment sans conséquences pratiques depuis que nous n’avons plus le monopole des Lumières. Il est donc temps d’envisager les SHS et les aires culturelles aussi comme des savoirs stratégiques qui ne prospèrent pas dans les vases clos (supposés) de la pure érudition.

  • Au minimum : il ne semble pas inutile de faire un effort plus soutenu (à dire vrai il existe à peine) du côté de la traduction. À quoi pense la Corée ? Comment pense la Corée ? Que sait-elle et dit-elle de nous ? Que nous apprend-elle des grands problèmes du monde passé, du présent, des mondes futurs ? Sur des bases scientifiques solides, traduire en français tout un univers de savoir (même un tout petit peu) ne semble pas hors de portée.
  • De façon plus ambitieuse : il faudrait (en parallèle avec le plan de formation décennale évoqué plus haut) prendre de façon plus systématique la mesure de la production scientifique en Corée (en Asie) en général : tout ne se dit pas en anglais ; tout dispositif de veille n’est pas automatisable et purement quantitatif. Que pouvons-nous faire, que savons-nous faire pour mieux appréhender (puis rediffuser) ce que pense le monde coréen des grandes questions scientifiques et sociétales qui travaillent notre époque ? Quelles ressources de concepts ou de pratiques gisent là, éclairantes ou utiles pour nous ?

3) Relations internationales : changer de braquet… et remettre les SHS dans la boucle : pour une Maison franco-coréenne… à Séoul ET à Paris

Les relations scientifiques internationales sont aujourd’hui décisives. Dans les faits, elles passent informellement par des individus, demeurent assez superficielles, manquent de constance, de moyens et de résultats : le tout semble peu efficace. Surtout : ni la Corée ni les SHS ne sont au devant (ou même en cinquième ligne) des priorités françaises.

Qui lit le coréen (ou examinera la liste des projets financés) pourra à cette aune évaluer le programme STAR liant France et Corée du Sud : outre que le CNRS n’a plus d’accord cadre avec ce pays, le partenaire dans la péninsule n’affiche aucun intérêt pour les SHS autres qu’immédiatement applicables à l’industrie (contrairement à ce qu’avance la partie française).

  • A minima : il est urgent (voir ci-dessus), de redonner aux échanges entre France et Corée un éventail disciplinaire un peu moins étroitement utilitariste ou « techno-sciences dures » lesquelles occupent tout le champ depuis maintenant 10 ans. Les accords STAR ont certes le mérite d’exister. Il n’est pas trop tard de faire l’effort de les adosser à des partenaires coréens… qui pratiquent (et financent) aussi la recherche en SHS. Il y en a.
  • De façon plus ambitieuse : un big bang s’impose. Les échanges scientifiques franco-coréens continuent d’être à la remorque de bureaux régionaux situés à Tokyo ou à Pékin qui prennent mal la mesure et de ce que produit la science coréenne (et pas du tout de ce qui s’y pense en SHS). On me pardonnera ici d’insister lourdement sur les dividendes de notre soft power
  • On peut donc enfin faire le choix de l’ambition : en créant à Séoul, comme on le faisait à Tokyo il y aura bientôt un siècle, une Maison franco-coréenne, fonctionnant peu ou prou dans les mêmes conditions et dans les mêmes domaines, associant la recherche et les affaires étrangères (façon UMIFRE).
  • On peut même faire beaucoup mieux : en la structurant d’emblée à égalité d’ambitions et d’intérêts comme une structure d’échanges et de circulations bilocalisée à Paris et à Séoul.

Il n’est pas trop tard pour mettre nos actes à la hauteur de nos ambitions verbales.

Il n’est pas trop tard de concevoir des ambitions françaises au sujet de la Corée.

Il n’est pas trop tard surtout pour sortir du XIXe siècle…

Alain Delissen, historien, est spécialiste de la Corée coloniale et des usages publics du passé dans le monde coréen. Il est directeur d’études à l’Ehess, directeur de l’Institut d’Études Coréennes du Collège de France et membre de l’UMR 8173 Chine, Corée, Japon.


[1] Une première approche de ce monde coréanologique en mouvement pourra passer par le Carnet en ligne du Réseau francophone d’études coréennes, porté par Paris Diderot, l’Inalco et l’Ehess et généreusement soutenu par l’Academy of Korean Studies (Overseas Leading University program for Korean Studies), sur appel d’offre pour cinq ans (2010-2014). Un Portail plus large devrait être ouvert courant 2013. http://parisconsortium.hypotheses.org/

[2] Il faudrait être capable de mesurer précisément, sur trente ans, la « capacité d’accueil » des disciplines pour telle et telle aire culturelle. Ainsi, le nombre des spécialistes de l’Asie recrutés dans des départements disciplinaires et qui y font l’essentiel de leur service sur leur aire de spécialité est plus que ténu. Les mantras neufs de l’histoire globale semblent devoir faire oublier que, chez les historiens par exemple, ce nombre semble, en réalité, avoir baissé… Sous bénéfice d’inventaire.

 

Pour citer ce billet: DELISSEN, Alain, « Émergences coréennes », carnet RESAP-Livre blanc des recherches sur l’Asie et le Pacifique, 9 décembre 2012, modifié le 20 décembre 2012. [En ligne : http://resap.hypotheses.org/1304]



 


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , ,

Posté dans : Publications, Article, Annonces, Divers

Laisser un commentaire

Cliquez sur l'image pour s’abonner à ce carnet

sabonner-à-ce-carnet1

Vous allez être redirigé vers le service d’abonnement du Cléo à OpenEdition. Cochez Hypotheses.org puis sélectionnez dans la liste Le réseau des études sur la Corée.

Présentation du carnet

Le carnet de recherche « Le Réseau des études sur la Corée» est le blog du programme de recherche « Paris Consortium, réseau francophone des ressources numériques des études coréennes » (2010-2015, Paris Diderot Paris 7, INALCO, EHESS) soutenu par l'Academy of Korean Studies (AKS) dans le cadre du programme "Core University Program for Korean Studies (CUPKS)". Par la diffusion d’informations scientifiques liées à ce programme, et en tant que lieu d’expression, d’échanges et de partage d’expériences, le carnet a pour vocation de mettre en réseau tous les acteurs scientifiques qui ont pour objet d’études la Corée ancienne et moderne, ainsi que les Corées contemporaines, dans le but de construire un réseau collaboratif ainsi qu’une base de données de ressources numériques en langue française (travaux de recherches, traduction, sources de références) mise en ligne sur le site web du Réseau des études sur la Corée. Contact : reseaucoree@gmail.com

Presentation

This notebook entitled « Le Réseau des études sur la Corée » (Korean Studies Network) is the blog of the research programme “Paris Consortium, Francophone Network of Digital Resources in Korean Studies (2010-2015)” which is sponsored by the Academy of Korean Studies (AKS) under the programme "Core University Program for Korean Studies (CUPKS)" in Seoul. It is affiliated with the university Paris Diderot, the National Institute for Oriental Languages and Civilizations (INALCO) and École Pratique des Hautes Études (EHESS). The blog aims at creating a collaborative network of scholars involved in the study of ancient and modern Korea, as well as the two Koreas, by serving as a forum to build a portal of digital resources in French in Korean studies (research and translation work, teaching resources) that will be available online on the website of « Le Réseau des études sur la Corée » (Korean Studies Network). Contact : reseaucoree@gmail.com

Carnets de recherche