Xavier Robillard-Martel, « Le racisme envers les Coréens japonais »

Pour les chercheurs et les étudiants qui s’intéressent à l’histoire du colonialisme et au phénomène du racisme, le cas du Japon est original et éclairant. D’abord, c’est un des seuls, sinon le seul pays non européen qui ait vraiment échappé à la domination impériale de l’Occident. Ensuite, on peut dire qu’il s’agit du seul pays non européen qui ait constitué son propre empire colonial sur le modèle des grandes puissances de l’époque. Cette histoire unique doit absolument être prise en compte lorsque l’on tente de comprendre la position et le statut des Coréens dans la société japonaise contemporaine.

En effet, on sait qu’à partir des années 1630, au début de l’ère Edo, le Japon s’est prémuni contre l’influence grandissante des Portugais et des Espagnols en Asie en adoptant une politique isolationniste, appelée Sakoku. Cela a permis au gouvernement des Tokugawa de soustraire l’archipel à la domination occidentale pendant plus de deux siècles. Mais en 1853, les États-Unis ont envoyé des navires de guerre qui ont forcé le pays à s’ouvrir au commerce international et à signer des traités inégaux. Lire la suite sur le site de L’Asie en 1000 mots.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *