Les études coréennes à l’Université de Technologie de Belfort-Montbéliard

Établie en 1999, l’Université de Technologie de Belfort-Montbéliard est un établissement public à caractère scientifique, culturel et professionnel, né du regroupement de l’École Nationale d’Ingénieurs de Belfort et l’Institut Polytechnique de Sevenans. Elle s’investit dans la formation d’ingénieurs rapidement opérationnels en s’appuyant sur des activités de recherche et sur la valorisation. Ainsi, plusieurs parcours sont proposés aux étudiants, en alternance ou en formation initiale : l’informatique, le génie mécanique et la conception, l’ingénierie et le management des systèmes industriels, l’énergie, l’ergonomie, le design et l’ingénierie mécanique. L’université accueille environ 3000 étudiants de la licence au doctorat dont près de 600 étudiants internationaux.

Étudiants du cours de coréen pratique (2017)

Au sein de la formation d’ingénieur, le département des humanités offre une ouverture significative sur les sciences humaines. Elles représentent 30% des enseignements sur les cinq années de formation d’ingénieurs. L’objectif assigné à ces enseignements est double : permettre l’acquisition de compétences spécifiques utiles à l’exercice du métier d’ingénieur et favoriser l’acquisition par les étudiants d’une solide culture générale, notamment par le biais d’un apprentissage de langues étrangères.

Ainsi, le pôle langues étrangères et communication propose des cours de coréen qui sont ouverts chaque semestre à tous les étudiants sur plusieurs niveaux : coréen vrai débutant, coréen niveau 1, coréen pratique et préparation au TOPIK. Le pôle culture générale offre quant à lui deux cours qui s’inscrivent dans les études coréennes : Regards croisés sur l’Asie et Comportement culturel et relations humaines.

Étudiants coréens en échange et professeur invité à l’UTBM lors du repas de fin de semestre chez la professeure Jung Sook BAE

La professeure Jung Sook BAE, aidée par deux intervenants extérieurs, est responsable de ces cinq unités de valeurs. Docteur en phonétique et en psychologie, elle est affiliée au laboratoire RECITS, lui-même rattaché à l’université. Ses recherches portent sur les problèmes interculturels entre l’Asie et l’Europe, et leur impact pratique. Elle s’intéresse notamment au perçu psycho-historique de l’occupation étrangère, en particulier sur la mémoire et la perception de l’occupation japonaise en Corée et de l’occupation allemande en France.

Deux ouvrages ont d’ailleurs paru au Pôle éditorial multimédia de l’UTBM :

Jung Sook BAE (UTBM) et Julia PODER (stagiaire du RESCOR 2017)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *