Partenariat entre l’université Félix Houphouët Boigny et l’université Paris Diderot pour un Master

Partenariat entre l’université Félix Houphouët Boigny et l’université Paris Diderot pour un Master : premiers fruits de l’activité du RESCOR en matière de coopération franco-africaine en études coréennes francophones

Les activités du RESCOR 1 (2010-2015) avaient connu leur point d’orgue avec la tenue de l’atelier final des 7 et 8 septembre 2015 (« Nouveaux enjeux, nouvelles frontières ») qui avait réuni des participants du Réseau des études sur la Corée venus de nombreux pays. À cette occasion, le RESCOR avait eu pour la première fois l’opportunité de constater de visu qui le constituait : une communauté à visage humain de représentants d’institutions académiques prêts à collaborer en raison de leur intérêt pour le monde coréen, aidés en cela par une langue partagée : le français.

Atelier du RESCOR, 7-8 septembre 2015, salle des thèse de l’UPD

Le Réseau avait été heureux de compter parmi ses membres, des représentants du nouveaux pays émergents dans les études coréennes en Afrique francophone : Mme Aminata Fall de l’université de Dakar, Sénégal, M. Assi Kimou de l’université Félix Houphouët Boigny (UFBH) d’Abidjan, Côte d’Ivoire, M. André Corneille Zanou de l’université de Cotonou, Bénin. La réunion, en un même lieu et pour la première fois, de tous ces acteurs, était propice à favoriser des relations internationales et interafricaines.

Atelier final du RESCOR, septembre 2015, prise de parole de M. André Corneille Zannou, université de Cotonou, Bénin

Deux années après sa tenue, cet événement marquant de l’histoire du RESCOR a porté des fruits, notamment en raison du dynamisme des acteurs impliqués. Pour l’année universitaire 2017-2018 (Semestre 1 : mars à juillet 2017), l’université Houphouët Boigny (UFHB, ancienne université de Cocody à Abidjan), ouvre un nouveau Master spécialisé sur la Corée : le « Master Etudes Coréennes » (mention Sciences économiques) dans son UFR des Sciences économiques et de gestion (UFR SEG, UFR de taille imposante comportant plus de 6000 étudiants). Ce résultat a été rendu possible par l’engagement de nombreux acteurs et partenaires (KF, KSPS, KOICA, KOTRA, RESCOR, UPD), à commencer par le travail de pionnier de M. Assi Kimou, maître de conférences agrégé en sciences économiques, responsable de la formation, qui n’a pas ménagé ses efforts.

Prise de parole de M. Assi Kimou, université FHB, Abidjan, atelier 2015 du RESCOR

Signature de la convention entre la Korea Foundation et l’université FHB en 2014

Qu’on en juge : en 2014, l’UFHB bénéficiait du soutien de la Fondation de Corée (KF) pour l’envoi d’un professeur d’économie francophone, M. Hwang Hee-Young, dispensant également des cours d’initiation à la  langue. En novembre 2016, l’université a obtenu le soutien du Korean Studies Promotion Service (KSPS) de l’Académie des Etudes coréennes (AKS) en bénéficiant du programme « Seed Project » (씨앗프로그렘) pour 31 mois.

En mars 2017, un séminaire de recherche intitulé : « Innovation et transformation sociale : étude comparative Afrique subsaharienne – Corée » a été lancé.

Dès lors, l’université Houphouët Boigny se trouve propulsée comme nouveau poste avancé expérimental des études coréennes en Afrique francophone. Elle présente une structure inédite susceptible de construire, aux yeux des fondateurs, une capacité d’expertise locale en matière de communication, commerce international et diplomatie économique, utile aux acteurs de la société ivoirienne. Institution francophone (90% des cours sont donnés en français), l’université FHB est la plus grande université de Côte d’Ivoire (avec quelques 60 000 étudiants !), et l’un des plus grands établissements académiques de l’OIF (Organisation Internationale de la Francophonie). Le succès attendu de ce Master pourrait donc contribuer à faire de l’UFHB un pôle de référence en études coréennes en Afrique, si la structure en place devient pérenne et se développe.

 

Le RESCOR se réjouit de contribuer concrètement au lancement de ce nouveau Master par l’intermédiaire du partenariat conclu entre l’UFHB et l’UPD, établissement principal gestionnaire du Réseau. La maquette du Master Etudes coréennes prévoit en effet, dès cette année, l’intervention de deux enseignants chercheurs de Paris Diderot pour des cours de linguistique et didactique des langues (à hauteur de 27 heures) ainsi que pour des unités d’enseignement d’histoire (médiévale et pré-moderne), d’arts et de culture coréennes (36 heures). L’un d’entre eux se rendra à Abidjan pour y assurer des cours intensifs pendant la deuxième quinzaine de juin (2017), donnés à une quinzaine d’étudiants recrutés dans les UFR de Sciences économiques et Sciences humaines et sociales de l’UFHB. À cette occasion, il pourrait contribuer à abonder le fonds documentaire sur la Corée comptant actuellement environ 500 ouvrages.

Réunion d’orientation des étudiants du Master Etudes Coréennes, UFHB, mars 2017, avec les enseignants M. Assi Kimou et M. Hwang Hee-Young

La Côte d’Ivoire est donc devenu le lieu d’expérimentation de ce modèle de développement des études coréennes, encouragé par le KSPS, fondé sur la coopération entre deux établissements académiques et le partage d’expérience entre une jeune structure et un établissement confirmé (depuis près d’un demi-siècle). Un accord cadre de type MoU ayant déjà été conclu entre les deux établissements, le présent partenariat entre l’UFR SEG de l’UFHB et l’UFR LCAO de l’UPD pour la tenue du « Master 2, Etudes coréennes »  permet d’envisager de futurs développements en matière d’échanges et de mobilité académique.

C’est avec grand intérêt et enthousiasme que le RESCOR aura à cœur d’informer le Réseau de l’avancée de ce projet pilote, précurseur des « nouvelles frontières » des études coréennes en ce début de XXIe siècle.

Yannick Bruneton (UPD) et Assi J.C. Kimou (UFHB)

Cet article se trouve aussi dans les Ressources numériques de notre site


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *