Compte rendu de la « quinzaine de la Corée » à Bordeaux Montaigne, 16-24 mars 2017 : deuxième semaine

Lire la « première semaine »

Jeudi 23 mars 2017 :

première édition de JOLI EXO (JO.urnée de LI.nguistique EX.trême-O.rientale)

L’organisation de cette journée de linguistique extrême-orientale intitulée « JOLI EXO » a vu le jour dans des conditions pour le moins originales.

Dimanche après-midi, les membres de l’Equipe de Recherche en Syntaxe et Sémantique à Bordeaux (ERSSàB) reçoivent un message d’annulation d’une conférence prévue initialement le jeudi 23 mars 2017. M. COURALET en profite pour occuper ce créneau horaire et organiser une journée dédiée à la linguistique extrême-orientale afin de mêler deux publics : les étudiants en langues chinoise, coréenne et japonaise et les étudiants en sciences du langage.

Cette journée, comme l’illustre son titre, son affiche et surtout son délai d’organisation – 3 jours à peine –, se présente avant tout comme un défi, qui il est vrai, est toujours un bel exercice en soi. Ce « bel exercice », en l’occurrence, consiste à présenter ses recherches alors qu’elles ne sont pas forcément abouties, cela encourage la participation du public et les questions. M. COURALET a indiqué que cet exercice s’adressait aussi bien aux étudiants qu’aux chercheurs. Il est vrai que pour sa première édition, il y avait un enseignant-chercheur et deux étudiants en master en sciences du langage.

A la surprise de tous, étant donné les délais très courts d’organisation, cette journée a rencontré un franc succès, si l’on en juge par le nombre de participants à cet horaire impossible du jeudi : la salle était pleine.

Après avoir rappelé l’état d’esprit de cette 1re édition, M. COURALET s’est réjoui de pouvoir annoncer aux étudiants présents trois communications, une par langue extrême-orientale enseignée à l’UBM : « L’expression de la succession immédiate en coréen » (Stéphane COURALET), « L’expression du refus en chinois : approche pragmatique » (Guangni LI) et « L’Analyse acoustique du rire – naturel ou social – chez les Japonais » (Marie CHAUMONT).

L’expression du refus en chinois : approches pragmatiques (Guangni LI)

L’expression de la succession immédiate en coréen : -jamaja, -ja et -neun daero (Stéphane COURALET)

Vendredi 24 mars : Politique et religion sous la VIème république de Corée

Nous avons terminé cette quinzaine sur la Corée par une conférence passionnante de Mme Evelyne CHÉREL-RIQUIER, intitulée « Politique et religion sous la VIème république de Corée ».

Cette conférence a été organisée par la section d’études coréennes de l’UBM pour permettre aux étudiants de profiter de l’expertise d’enseignants-chercheurs coréanologues appartenant à d’autres universités que la nôtre. Le sujet était bien choisi car nous étions nombreux, en suivant plus ou moins les derniers événements de l’actualité en Corée du Sud, à nous demander quels étaient les rapports entre le gouvernement sud-coréen et la religion en général, ou plutôt les mouvements religieux dans leur ensemble. M. Couralet s’était saisi de l’occasion pour organiser cette rencontre que nous n’oublierons pas. Nous avons énormément apprécié la conférence de Mme CHÉREL-RIQUIER qui nous a conduit à nous interroger sur les rapports entre la religion – sous toutes ses formes – et l’Etat coréen.

***

Cette quinzaine de la Corée a été intense. En deux semaines à peine, nous avons fait énormément d’expériences et surtout appris beaucoup, dans tous les domaines !

Cela nous a beaucoup apporté en si peu de jours. Je repense à M. KO Ki-Hyuk qui semblait reconnaissant des bienfaits de la vague coréenne en nous voyant participer à l’atelier de théâtre. Lui, originaire de Pyeongchang, au nord-est de la Corée du sud, nous voir nous, étudiants du sud-ouest de la France, rassemblés autour de lui pour l’écouter nous faire danser sur des rythmes traditionnels de sa province natale du Gangwondo.

S’il est exact que pour la grande partie d’entre nous, ce sont les dramas et la K-pop coréennes qui ont stimulé notre curiosité sur la Corée, au point d’en apprendre aujourd’hui la langue, nous sommes bien curieux d’en savoir un peu plus, pour aller encore plus loin !

Après l’atelier de théâtre, nous voulions apprendre les percussions traditionnelles !

 

Orane MANIER
Étudiante stagiaire à la section d’études coréennes de l’université Bordeaux Montaigne
Pour le Réseau des Études sur la Corée

1 réponse

  1. 18/04/2017

    […] Compte rendu de la « quinzaine de la Corée » à Bordeaux Montaigne, 16-24 mars 2017 : deuxième s… 08/04/2017 […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *